Journées Nationales d’action contre l’illettrisme

Dans le cadre des Journées Nationales d’action contre l’illettrisme,

Les Amis de l’école laïque et Val de Lire s’associent et organisent les rendez-vous suivants :

Roulebarak au forum des associations à Beaugency, Parc Thérèse Cherrier, le 7 septembre 2019 : lectures d’albums partagées avec enfants et adultes et jeux en lien avec les livres. Possibilité de venir à tout moment entre 10h et 18h. Tout public.

Exposition-quizz mise à disposition par le CRIA 45 : réflexion sur l’illettrisme. Exposition à découvrir lors du forum des associations le 7 septembre puis à la Maison Agora, 59 avenue de Vendôme, au rez-de-chaussée du 9 au 19 septembre 2019. À destination à la fois des jeunes, des adultes, des professionnel·le·s, des élu·e·s et des personnes fragilisées à l’écrit.

Roulebarak dans le parc des canards à Beaugency, le mercredi 11 septembre. Avec la participation des fous de bassan ! Possibilité de venir à tout moment entre 16h et 18h. Tout public.

Jeu de sensibilisation sur l’illettrisme animé par le CRIA 45 lors du café des partenaires au centre social de Beaugency, Usine Agora, le jeudi 12 septembre de 13h à 14h. À destination des professionnel·le·s, élu·e·s, responsables associatifs…

Ces actions initiées par Val de Lire disposent du label Agir ensemble contre l’illettrisme de l’Agence Nationale de Lutte contre l’illettrisme.

Partir en livre 2019 : lectures, ateliers et rencontres avec Val de Lire

Val de Lire vous emmène avec Roulebarak pour un parcours en 6 villes et 7 dates, du 10 au 19 juillet, dans le cadre de Partir en livre, la grande fête du livre jeunesse initiée partout en France par le Centre National du Livre.

Toutes les animations sont gratuites.

A chaque étape, deux animations vous sont proposées entre 15h et 17h30 :

  •  Roulebarak, le camion à histoires, pour partager des albums pour tous, des tout-petits aux adultes.
  • Atelier poétique et artistique avec Andy Kraft : transformez des cartes postales, dont une partie circulera avec Roulebarak d’une ville à l’autre. Sans inscription. Durée libre.

Mercredi 10 juillet : Ouzouer-le-marché, devant la médiathèque

Jeudi 11 juillet : avec les Estivales de Beaugency, quai de Loire, plage de Beaugency

Vendredi 12 juillet : Tavers, parc des Fontenils

Lundi 15 juillet : Epieds-en-Beauce, place de la mairie

Mercredi 17 juillet : Baule, guinguette La Corne des pâtures, bords de Loire

Jeudi 18 juillet (attention horaire spécifique : 9h30-11h30 ! ) : Beaugency, quai de Loire

Vendredi 19 juillet : Cléry-Saint-André, parvis de la basilique

Deux rendez-vous exceptionnels avec les autrices-illustratrices Irène Bonacina et Delphine Renon.

Mercredi 10 juillet à Ouzouer-le-marché, à la médiathèque, avec Irène Bonacina

15h-17h : un atelier avec Irène Bonacina pour expérimenter la technique d’illustration de son dernier album paru chez Albin Michel Jeunesse, Nos Chemins : collages de papier de soie en ombres chinoises sur une vitre.

à partir de 7 ans

sur inscription par formulaire (cliquez sur ce lien : inscription ) ou par téléphone au 02 38 44 75 66

Des albums seront disponibles à la vente sur place.

 

Jeudi 11 juillet à Beaugency, quai de Loire avec Delphine Renon

En partenariat avec les Estivales, participez à une grande fresque autour du voyage avec Delphine Renon, entre 15h30 et 17h30.

à partir de 7 ans

Sans inscription. Nombre de places limité.

De 17h30 à 18h30, ventes d’albums et dédicaces avec la librairie des Halles de Beaugency.

 

Lectures d’été avec Roulebarak

L’ÉTÉ 2019 AVEC VAL DE LIRE !

Mercredi 3 juillet : pique-nique à partir de 11h30

Parc de la rue Croquemotte à Beaugency

Avec Roulebarak : lectures et jeux

 

Juillet-Août : lectures dans le cadre des Estivales à Beaugency, quai de Loire, plage de Beaugency

du 8 juillet au 8 août

Tous les lundis et jeudis

9h30-11h30 du 8 juillet au 25 juillet

15h30-17h30 du 29 juillet au 8 août

 

Coup de cœur pour  » Brille encore, Soleil d’or  » par Nicole Verdun

Brille encore, Soleil d’or, ZHU Chengliang, Véronique MASSENOT, GUO Zhenyuan, Collection Vent d’Asie , HongFei Cultures, 2019

Nous avons eu l’honneur d’être invités par les Éditions HongFei Cultures à une rencontre exceptionnelle avec l’illustrateur chinois ZHU Chengliang et le talentueux carnettiste Nicolas JOLIVOT. À pied, d’île en île Baltique de Nicolas JOLIVOT et Brille encore soleil d’or, illustré par ZHU Chengliang, (titre original Ne laissons pas tomber le soleil), écrit par GUO Zhenyuan, adapté par Véronique MASSENOT, nous ont été offerts. C’est ce dernier livre que j’ai envie de partager.

D’entrée, on repère les couleurs dominantes, doré, comme le soleil et la lumière qu’il projette sur les arbres de la colline, rouge comme la chaleur qu’il diffuse. La colline représente le monde, elle est pratiquement toujours de profil, les animaux en sont les habitants. L’album se déroule sur une journée, au rythme du soleil, dans le même lieu : la colline boisée d’essences variées. Heureux de voir monter (sur la gauche de la colline) l’astre solaire qui leur réchauffe le cœur, les animaux sont heureux. Puis ils se réfugient dans une grotte pour échapper au froid sitôt que les nuages le cachent et laissent tomber la pluie. Alors, tout devient gris, dedans, dehors. Puis le soleil réapparait.

Les heures passent, et c’est bientôt l’après-midi. Tout doucement, l’astre redescend dans le ciel de l’autre côté de la colline.

Il tombe, tombe… Il faut faire quelque chose. Ne le laissons pas tomber ! Les animaux appellent : Brille encore soleil d’or ! et, tour à tour, tentent de stopper sa chute. Les oiseaux avec un lasso de brindilles, le singe avec un long bambou, et puis les écureuils, le buffle, le panda, le kangourou, le chat, … chacun y va de sa méthode. Et chaque fois « En vain » ! Alors, dans un monde plat, devenu gris de nouveau, petites et grosses pattes creusent pour retrouver le soleil. Mais ils y trouvent le … sommeil ! Le lendemain matin, le coq s ‘aperçoit le premier du retour du soleil et tous les animaux tournent leur regard vers l’horizon persuadés qu’ils ont réussi à faire réapparaître l’astre lumineux !

Le déplacement visible du soleil autour de la terre est longtemps resté mystérieux pour les observateurs. Les diverses mythologies y ont apporté chacune leur réponse. Généralement un char solaire tiré par de vaillants chevaux ! Dans cette histoire le soleil est peut-être là juste pour satisfaire au bonheur des animaux ?

Ce que l’on pourrait prendre pour des représentations naïves d’animaux sont inspirés dans leurs formes et leurs couleurs d’objets chinois laqués. De même, les habits et attitudes des animaux rappellent les figurines de la tradition folklorique chinoise. Une histoire pleine de tendresse, faite de moments d’un bonheur simple, lumineux et doré et d’autres remplis de tristesse et d’inquiétude. Comme le quotidien de la vie ! Pour nous, un joli voyage exotique en littérature.

Cet album a été récompensé par le prix international Little Hakka à Shenzhen (Chine) en 2018.

«  ZHU Chengliang, né à Shanghai en 1948, a passé son enfance à Suzhou. Il entre à l’école d’art de Nanjing et se spécialise dans la peinture à l’huile. Créateur de livres pour enfants depuis 1984, il compare son travail d’illustrateur à celle d’un metteur en scène. Casting, décors, costumes et accessoires : rien n’est laissé au hasard, pour que les personnages, forts de leur émotion contenue, prennent vie. ZHU Chengliang vit en Chine. »

Présentation du bilan du 34e Salon du Livre Jeunesse

Mardi 7 mai 2019, bénévoles, élu·e·s, enseignant·e·s, bibliothécaires et partenaires se sont réuni·e·s à la médiathèque La Pléiade à Beaugency pour partager la présentation du bilan du 34e Salon du Livre Jeunesse de Beaugency et Saint-Laurent-Nouan.

Catherine Mourrain, Présidente de Val de Lire, les membres du CA et les salariées ont relaté toutes les actions et rencontres qui se sont déroulées avant et pendant le salon. Ils·elles ont raconté les temps forts de cette 34e édition et partagé les expériences nouvelles.

La réunion s’est clôturée autour d’un buffet pour prolonger les échanges.

Le bilan est consultable ici.

[gview file= »https://valdelire.fr/wp-content/uploads/2019/05/BILAN-DU-34E-SALON-DU-LIVRE-JEUNESSE-DE-BEAUGENCY-ET-SAINT-2.pdf »]

À découvrir, un album photo.

Une revue de presse est également disponible ici.

[gview file= »https://valdelire.fr/wp-content/uploads/2019/05/revue-de-presse-salon-2019.pdf »]

 

Vous voulez lire ?! P’tit journal du salon

Cyril Varquet, étudiant et membre du CA de Val de Lire, nous raconte en mots et en images le 34e salon du livre jeunesse, dans les six numéros de  » Vous voulez lire ?! « . Pendant les 3 jours d’ouverture au public, avant le salon, rien n’a échappé à Cyril : témoignages d’enseignants, expériences de bénévoles, paroles d’enfants, expositions, séance de cinéma, soirée lectures, contes, spectacles, ateliers etc.

Bonne lecture ! 

[gview file= »https://valdelire.fr/wp-content/uploads/2019/05/Vvl-n°1.pdf »]

[gview file= »https://valdelire.fr/wp-content/uploads/2019/05/Vvl-n°1-bis-1.pdf »]

[gview file= »https://valdelire.fr/wp-content/uploads/2019/05/Vvl-n°2-1.pdf »]

[gview file= »https://valdelire.fr/wp-content/uploads/2019/05/Vvl-n°3-1.pdf »]

[gview file= »https://valdelire.fr/wp-content/uploads/2019/05/Vvl-n°4-1.pdf »]

[gview file= »https://valdelire.fr/wp-content/uploads/2019/05/Vvl-n°5-1.pdf »]

Le salon du livre en quelques chiffres

25 auteur·e·s / illustrateur·rice·s invité·e·s

128 rencontres dans les établissements scolaires, de la maternelle au lycée, bibliothèques, centre social, associations. 

9 expositions dans 9 lieux avant le salon

2700 visiteurs à l’église St Étienne pour l’exposition de Rébecca Dautremer

1 journée de formation, 140 participant·e·s

Plus de 100 bénévoles

64 classes accueillies le vendredi 29 mars

Plus de 9000 visiteur·euse·s au cours des 3 jours

Plus de 20 intervenant·e·s professionnel·le·s

3 jours de lecture à haute voix

17 ateliers ou rencontres avec les invité·e·s sur le salon

14 séances de contes et spectacles

7 compagnies de théâtre

760 spectacteur·rice·s

37 kakémonos réalisés par les écoles et le centre social

5 libraires 

15 exposants

140 mètres linéaires de livres 

Plus de 30 partenaires associatifs ou institutionnels

15000 programmes

2000 affiches 

1 présentation complète du bilan est proposée le mardi 7 mai à 18h15 à la médiathèque La Pléiade à Beaugency. Ouvert à tous. 

Coups de cœur pour trois albums à retrouver lors du salon du livre

Coups de coeur pour Les Riches heures de Jacominus Gainsborough de Rébecca Dautremer, Promenons-nous dans les bois de Pauline Kalioujny et l’univers de Ghislaine Herbéra.

Retrouvez ces trois autrices et illustratrices au salon du livre les 29, 30 et 31 mars.

 

Les Riches heures de Jacominus Gainsborough, Rébecca Dautremer, éditions Sarbacane, 2018

Toute une vie racontée dans cet album -magnifique- de Rébecca Dautremer. La vie singulière de Jacominus : simple et complexe, légère et grave, lumineuse et sombre à la fois.

Douze double-pages sont des merveilles à contempler et à ressentir. Elles révèlent avec force et émotion les moments importants de la vie de Jacominus. Ces paysages alternent avec des portraits du personnage, qui au fil des pages, grandit puis vieillit et des images juxtaposées parfois de manière incongrue comme dans un album photo.

Jacominus est un lapin (nous l’oublions tant il est humanisé et sensible), il est rêveur, il parle peu. C’est surtout son regard et sa posture qui sont très expressifs et qui le rendent intensément vivant. Une légère inclinaison de la tête ou une paupière fermée, c’est là toute la délicatesse et la grâce des illustrations de Rébecca Dautremer.

Jacominus, pour quoi est-il lui et pas quelqu’un d’autre ? Y a t’il une place pour lui dans ce monde ? Quelle est-elle ? Comment la trouver ?

Rébecca Dautremer instaure une connivence avec le lecteur ou la lectrice, elle lui voue une grande confiance, tout n’est pas dit, elle suggère, elle questionne, elle cherche avec lui ou elle : « Qu’est-ce donc une vie qui vaut la peine d’être vécue ? ». Le rapport entre le texte et l’image se renforce au fur et à mesure des lectures. C’est un livre qui accompagne toute une vie, qui se découvre et se redécouvre à tous les âges…

Audrey Gaillard

 

L’univers de Ghislaine Herbéra

Difficile de choisir un album parmi tous ceux de Ghislaine Herbéra : Monsieur Cent têtes, prix du premier album du Salon de Montreuil en 2010, L’heure bleue, La grenouille qui grimace, Les trois bons amis, Sorcière blanche

Monsieur cent têtes est un album sur les différentes humeurs, sentiments exprimés à travers des masques. Chaque page est consacrée à l’un d’eux.

L’heure bleue, La grenouille qui grimace rassemblent la même famille nombreuse de petits êtres ronds ( qui avaient fait leur première apparition dans l’album La poupée cacahuète).

L’histoire se construit à partir du bébé de la fratrie, soit qu’il ait besoin d’un câlin, soit qu’il ne veuille pas manger sa purée de cacahuètes. Les couleurs pastel et tendres n’enlèvent rien à l’espièglerie des frères et sœurs ni à la note très volontairement féministe : la maman bricole et le papa lit des histoires. L’attention portée à l’autre est au cœur de ces deux albums.

G. Herbéra est aussi l’illustratrice du très bel album « Sorcière blanche » écrit par C. Norac. Ce conte reprend le thème de la sorcière ou ogresse en recherche d’enfant. La langue en est très poétique, et dans les illustrations de G. Herbéra on retrouve son goût du masque à travers le visage rond du « simplet ». Le combat en noir de la sorcière avec l’enfant rappelle les jeux en ombres chinoises que l’on a vu dans « La grenouille qui grimace ».

Sylvie Van Praët

Promenons-nous dans les bois, Pauline Kalioujny, éditions Thierry Magnier, 2017

Coup de cœur pour le travail de Pauline Kalioujny, et en particulier cet album-leporello qui se déroule comme un travelling de cinq mètres dans une forêt en noir, blanc et rouge.

On s’attend à entrer dans le domaine du familier, à savoir la ritournelle « promenons-nous dans les bois ». L’illustration nous annonce un modèle connu, celui de la fillette perdue dans la forêt (proche du petit chaperon rouge) et du grand méchant loup.

L’image joue un rôle contradicteur d’une manière inattendue : au refrain « loup que fais-tu ? », le visage de la petite fille change progressivement, de la malice du jeu enfantin, à la peur. Mais pas la peur du loup, car à mesure que l’on déroule le leporello, on comprend que les animaux fuient (et Baba Yaga, qui fait une apparition !), un oiseau gît au sol… et le bois disparaît sous les coups de machines de chantier et des tronçonneuses d’hommes dont l’uniforme orange rompt l’harmonie des teintes.

Le texte de la chansonnette reste identique, mais est détourné par l’illustration d’une catastrophe écologique. « Loup y es-tu ? » devient un appel désespéré. La revanche se prépare subtilement : « je mets mes griffes », « je mets mes dents »… le loup, jusque-là caché dans l’image, surgit pour charger les bûcherons, avec l’enfant montée sur son dos.

Le dos du leporello poursuit l’histoire après cette attaque, avec des scènes dispersées qui portent l’espoir d’un retour à la vie pour la nature et les animaux (dont un représentatif ver de terre pour la biodiversité).

Un brillant détournement des personnages de l’enfant et du loup, pour un propos clairement engagé, à travers la dédicace finale « aux générations futures ».

Anouk Gouzerh