Journée de formation : Lira bien qui rira le premier, 28 mars 2018

Dans le cadre du 33e Salon du livre jeunesse de Beaugency et Saint-Laurent-Nouan, Val de Lire et le CRILJ organisent une journée professionnelle le mercredi 28 mars 2018 :

 

Lira bien qui rira le premier

au Puits Manu, à Beaugency.

La journée sera animée par André Delobel, pour le CRILJ

et par Catherine Mourrain, pour Val de Lire

Ouverte à tous. Inscription obligatoire, ici.

 

Programme de la journée :

MATIN

. 9 h : accueil, café, viennoiseries.

. 9 h 30 : Présentation de la journée par Catherine Mourrain (Val de Lire) et André Delobel (CRILJ)

. 9 h 45 : Pleins feux éditeur 2018 : lectures d’albums des éditions L’initiale par les lecteurs de Val de lire

. 10 h à 11 h 30 : L’humour en construction dans les interactions adulte-enfant par Marie Leroy-Collombel

Maître de conférence à l’université Paris Descartes et directrice du département Sciences du langage. Marie Leroy-Collombel retrace les premières manifestations de l’humour chez des enfants de un à six ans filmés dans leur famille, y compris dans des activités de lecture partagée enfants-parents.

( Un temps sera réservé aux questions des participants )

. 11 h 30 à 11 h 45 : Lectures (pour rire) d’albums pour les tout-petits par les lecteurs de Val de lire

. 11 h 45 à 12h  : Lectures des (riantes) réponses des auteurs invités au salon par André Delobel

. 12 h 00 : Déjeuner de façon autonome, dans les brasseries de la ville ou ensemble, sur place, au Puits-Manu. Inscription obligatoire et règlement préalable.

APRES-MIDI

. de 13 h 30 à 15 h: À bâtons rompus avec Antonin Louchard par Audrey Gaillard et les participants

L’auteur-illustrateur Antonin Louchard, invité d’honneur du salon, créateur de l’affiche, répond aux questions d’Audrey Gaillard, chargée de mission de Val de lire.

( Un temps sera réservé aux questions des participants )

. de 15 h à 16 h 30 : L’intelligence heureuse ou le parti d’en rire par Yvanne Chenouf

L’humour est un langage qui se nourrit des décalages, des non-dits et du non-sens appliqués à la vie ordinaire, à ses contradictions. Mais à l’inverse de l’ironie, l’humour n’exclut pas : il affilie. Être sensible à l’humour, c’est comprendre les enjeux d’une situation, repérer les cibles et les alliés, saisir les implicites, interpréter les références, ne pas en rester au pied de la lettre, faire preuve d’esprit, s’alléger, à bas bruits, des poids de l’existence en sachant leur fin programmée.

A travers divers livres, surtout ceux de Gilles Bachelet, de Philippe Corentin et d’Anaïs Vaugelade, nous verrons comment l’humour développe savoir-lire et savoir vivre, change le regard sur le monde et même le monde.

Longtemps chercheuse à l’Institut national de recherche pédagogique (INRP) et professeure en IUFM, grande connaisseuse de la littérature pour la jeunesse, Yvanne Chenouf fut aussi présidente de l’Association française pour la lecture (AFL).

( Un temps sera réservé aux questions des participants )

 . 16 h 30 : déplacement vers l’église Saint-Etienne, lieu d’exposition.

. 17 h 00 : visite à l’église Saint-Étienne de l’exposition Tout un Louvre, transposition de l’album-imagier d’Antonin Louchard et Katy Couprie (Thierry Magnier, 2005)

La journée se clôturera par le vernissage de l’exposition à 18h, en présence d’Antonin Louchard.

Retour sur le séminaire Babil-Babel, par l’Agence quand les livres relient, par Anouk Gouzerh

Val de lire adhère à l’Agence quand les livres relient, à ce titre nous participons aux formations et aux journées de rencontres organisées par celle-ci.

Un premier rendez-vous pour le séminaire Babil-Babel a eu lieu à Paris le vendredi 22 septembre, organisé par l’Agence quand les livres relient

Le langage, la parole, la voix, la littérature jeunesse comme indispensables accompagnements vers le « devenir humain », sont les axes de réflexion de ce séminaire, pour lequel étaient abordées plus spécifiquement ce vendredi les questions du multilinguisme, de la diversité des voix et des langues. Différentes réflexions et actions  ont été présentées dans ce sens : les projets de la Médiathèque départementale de Seine-et-Marne, les outils pédagogiques de l’association Dulala, des lecteurs et bibliothécaires, une comparaison des traductions de Flix de Tomi Ungerer (un chien né de chats qui vit avec les deux cultures canine et féline…)…

Une expression est revenue tout au long de cette journée, celle des « petits riens », touches de pensées et d’actions collectives qui donnent progressivement corps à cet engagement autour du langage, de la lecture et du mélange des cultures dans la société.

Défense de la littérature jeunesse par Dominique Rateau

Dominique Rateau, orthophoniste et présidente de l’Agence quand les livres relient, a trouvé les mots pour une défense de la littérature jeunesse et la richesse de son langage fait de textes, sons et images. La littérature permet de trouver son propre récit (pas un « modèle »), sa propre réponse au monde que l’on doit habiter. Dominique Rateau cite Alberto Manguel pour qui lire forme chez l’humain un nouveau sens, qui s’ajoute aux cinq autres.

Pourquoi lire aux tout-petits ? Parce qu’ils « savent lire avant que de parler », c’est-à-dire chercher à interpréter le monde, entrer en relation avec lui, et que c’est une des formes d’un accueil, un accompagnement indispensable.

Pourquoi la littérature « jeunesse », à toute âge de la vie ? Parce que c’est une oeuvre de même valeur que celles institutionnalisées, et qu’on ne lit avec un enfant comme « en surplomb » de lui, mais à ses côtés, chacun à son niveau de lecture.

Coup de coeur pour l’association Eclats :

Pour aborder les problématiques en question (pourquoi, comment parlons-nous ? Langage, langue ou langues au pluriel ?), la journée s’est ouverte sur une approche à part, au milieu des acteurs des livres, avec l’association Eclats, qui s’intéresse aux langages musicaux contemporains. Deux chanteuses lyriques ont ponctué la journée d’interludes chantés. Si leur action pouvait apparaître « à part », cette intervention a en fait permis de commencer par le commencement : la voix, la musique, le rythme, ou encore : la matière sonore, la corporalité du langage.

Eclats propose des spectacles musicaux pour adultes et jeune public, et des séances d’éveil musical pour les plus petits.

Le spectacle « ma » :

Ce spectacle est une des créations pour un public de 6 mois à 5 ans.

Dans une hutte-cocon, une femme chante.  Elle écoute son petit, lui dit la vie à venir.
« ma », première syllabe prononcée, « ma », comme maman, ma, prémisse du moi…
Sophie Grelié explore l’enfance de la parole, la musique de la langue, le pré-langage du bébé, toute la dimension  poétique de cette relation de l’adulte à l’enfant.

L’idée est née à l’écoute des Chants du Capricorne de Giacinto Scelsi, suite de chants, de cris, de râles rythmés par des silences, a capella. On se rapproche alors d’un prélangage brut et intensément expressif, qui nous entraîne au coeur de l’expérience du babil. Ce pré-langage développe toute la « musique » de la langue maternelle : mélodie, intonation, rythme, timbre, couleur, intensité, intention, silences de la langue parlée. »

Chanter dans les lieux de la petite enfance

Sophie Grelié, cofondatrice, musicienne et responsable Petite Enfance, nous a montré la captation de séances de chants face aux bébés (ici). La chanteuse intervenante improvise en reprenant les babils, les exclamations des petits ou bien répond par des passages des chants du Capricorne. On assiste à un véritable échange, un déploiement de la parole. Les réactions des enfants sont étonnantes et intenses. Ces vocalisations, chez l’enfant et l’intervenante, rappellent que la voix concerne tout le corps, qui accompagne la production du son : « au cœur du son, le tout petit joue de la matière, des variations, des plaisirs de la résonance sur le corps ».

 

 

 

Formation à Beaugency : Lire des histoires aux enfants : pourquoi ? quel album ? comment ?

L’association Val de Lire propose quatre temps de rencontres à l’attention des adultes :

parents, professionnels de la petite enfance

ou toute autre personne intéressée

aux dates suivantes :

Jeudi 5 octobre

Vendredi 6 octobre

Jeudi 12 octobre

Vendredi 13 octobre

de 9h15 à 12h00.

(Il est conseillé de participer à l’ensemble des matinées).

À Beaugency , Maison de la jeunesse. 

 

Thèmes :

Enjeux de la rencontre avec le livre pour l’enfant dès son plus jeune âge,

Présentation d’album, découverte de la production éditoriale jeunesse.

Mise en pratique : entrainement à la lecture à haute voix.


Intervenants :

Dominique Veaute et Catherine Métais pour Livre Passerelle

Christian Sterne pour La compagnie les fous de bassan !

Des lecteurs de Val de Lire animeront des jeux et lectures pour les enfants présents.

 

Coût de la formation :

Gratuit pour les participants grâce à un financement de la Communauté de Communes des Terres du Val de Loire.

Adhésion à Val de Lire : 15 €.

Inscription obligatoire auprès de Val de Lire, ici ou au 02 38 44 75 66.

Réunions départementales des professeurs documentalistes du Loiret

Audrey Gaillard, chargée de mission de Val de Lire, est intervenue le 30 mai au Canopé d’Orléans pour partager l’expérience de Val de Lire et souligner l’importance de la lecture à haute voix dans le développement du tout-petit et de l’enfant.

Les membres fondateurs de l’association Val de Lire (créée en 2005) ont très vite mis en place des séances de lectures à haute voix, s’appuyant sur les travaux de René Diatkine, pédopsychiatre, Marie Bonnafé psychanalyste et Tony Lainé, psychiatre et psychanalyste, qui ont fondé en 1980 l’association A.C.C.E.S. (Actions culturelles contre les exclusions et les ségrégations). Ils ont écrit de nombreux témoignages, des comptes-rendus de recherche. Ils ont publié des textes qui font référence, ils sont pour Val de Lire les bases de notre travail (dont Les livres c’est bon pour les bébés de Marie Bonnafé, collection hachette littératures). Val de Lire s’appuie également sur les textes publiés par l’Agence quand les livres relient, dont elle est membre, convaincue que l’expérience littéraire dès le plus jeune âge favorise l’épanouissement de l’enfant, nourrit son imaginaire et développe son langage.

Audrey Gaillard s’est ainsi appuyée sur de nombreuses références pour démontrer l’importance de la lecture et de la littérature dans le développement psychique du jeune enfant : Evelio Cabrejo-Parra, psycholinguiste et vice-président d’ACCÈS, Donalds Woods Winnicott, Psychanaliste, Dominique Rateau, orthophoniste et Présidente de l’Agence quand les livres relient, Joëlle Turin, critique et formatrice en littérature de jeunesse,  Geneviève Patte, bibliothécaire, Michèle Petit, anthropologue…

L’enfant, à la naissance, est sensible à la rythmique, c’est pourquoi il faut lui apporter de la poésie et de la littérature dès son plus jeune âge. La littérature est constitutive du développement psychique de l’enfant. Son rôle est primordial, elle accompagne l’enfant qui est en train de se construire et l’aide à franchir différentes étapes par le biais de la fiction, du jeu et du rire. L’album offre à l’enfant la possibilité de se reconnaitre, de se confronter aux autres, de vivre des expériences, de comprendre ses émotions, de mettre des mots sur ses ressentis, d’apporter de la matière pour penser… L’être humain a besoin de langage pour se construire en tant que sujet. Audrey Gaillard a donné quelques exemples d’interventions proposées par Val de Lire en expliquant la nécessité d’un regard bienveillant et positif de la part de l’adulte pour que la lecture à haute voix soit un moment de plaisir partagé contribuant à l’épanouissement de l’enfant. Partager une lecture avec un enfant c’est ouvrir le sens des mots, c’est lui permettre d’élargir ses représentations du monde,  d’élaborer des possibles, et aussi de revenir à lui, de cultiver sa liberté intérieure et son lien avec les autres.

Elisabeth Roux a prolongé la réflexion en démontrant que le rôle de la littérature reste primordial dans le développement de l’adolescent, c’est-à-dire au  moment où sa relation au langage se poursuit et se complexifie en même temps que son rapport au monde évolue ; mais aussi au moment où il est confronté à de nouveaux besoins et questionnements.

La littérature peut lui permettre de vivre des expériences humaines pour construire la sienne, il peut y puiser ce dont il a besoin.

« La littérature est un poumon qui nous permet de respirer » Evelio Cabrejo-Parra, à Beaugency, le 19 mai.

 

Intervention au Centre National Pédagogique à Chaingy

Le mercredi 12 avril, l’association Val de Lire a été accueillie au Centre national pédagogique à Chaingy pour une intervention auprès d’un groupe de moniteurs, en session de formation sur le thème « Education populaire, ouverture sur le monde ». Cinq lecteurs ont proposé des lectures à haute voix d’albums et d’extraits de romans, susceptibles de séduire les six monitrices présentes mais aussi les élèves de 4e et 3e dont elles ont la charge dans leur établissement respectif. Nous avons profité du temps ensoleillé pour nous installer sur l’herbe au pied des arbres qui entourent le centre.

Nous avions choisi de commencer et de clore ce programme de lectures par des albums « plaisir ». Nos auditrices ont pu apprécier « Emile invite une copine » puis pour finir « La ballade de Kiki le coq et Cucue la poule ». Les autres ouvrages traitaient de la différence, du respect de l’autre, de la place de chacun.

Nous avons ensuite présenté l’association, ses missions et engagements en matière d’éducation populaire. Nicole Verdun a rapidement évoqué l’histoire de la littérature jeunesse et lu quelques-uns de ces livres qui l’ont marquée. Nous avions préparé une valise d’albums et de romans que nous avons laissée à la disposition des monitrices.

Nos lectures ont enthousiasmé nos interlocutrices. Les organisateurs de cette session envisagent de proposer pour la prochaine année scolaire, une session sur la littérature jeunesse et la lecture à haute voix à destination des adolescents accueillis en Maisons familiales.

Catherine Mourrain

Conférence avec Évelio Cabrejo-Parra, Psycholinguiste

L’association Val de Lire et l’association Papa Maman Émois s’associent et organisent une conférence le vendredi 19 mai à 20h30, dans l’amphithéâtre du lycée de Beaugency, intitulée :
POURQUOI LIRE AUX BEBES ET AUX ENFANTS? Comment la lecture à haute voix peut-elle nourrir leurs compétences naturelles ? 
par M. Evelio Cabrejo-Parra, psycholinguiste. 
unknown
M. Evelio Cabrejo-Parra est psycholinguiste, enseignant à l’université Paris VII, membre du Conseil d’Administration d’A.C.C.E.S. (Actions culturelles contre les exclusions et les ségrégations).
Au lendemain de cette conférence, des ateliers de découvertes des albums pour la jeunesse et de mise en pratique de la lecture à haute voix seront proposés le samedi 20 mai de 9h30 à 11h30 à la maison de la jeunesse à Beaugency à destination des parents .
Renseignements auprès de Val de Lire. 02 38 44 75 66. valdelire@orange.fr

Compte-rendu de la journée de formation le 8 mars 2017

 

Mercredi 8 mars s’est tenue la journée de formation professionnelle de Val de Lire et du CRILJ proposée chaque année aux professionnels du livre, de l’enfance, de l’animation, mais aussi aux bénévoles associatifs, retraités, bref à tous ceux que la littérature jeunesse intéresse.

Articulée autour du thème du salon du livre, « Métissages », la matinée a vu l’intervention d’Elodie Malanda, docteur es lettres, sur le métissage dans la littérature pour adolescents, et l’après-midi la rencontre de Loïc Jacob et Chun Lyang-Yeh, des éditions Hong-Feï, et de François Roca, illustrateur mis à l’honneur dont l’exposition est visible à l’Eglise Saint-Etienne. La Médiathèque du Loiret, partenaire de Val de Lire, présentait des ouvrages en consultation. La journée a été ponctuée par des lectures d’albums, et s’est clôturée par le vernissage de l’exposition des originaux de François Roca.

De l’avis des participants, très nombreux cette année, ce fut une journée « passionnante », qui a permis de repartir avec des éléments théoriques mais aussi concrets sur le thème du métissage.

Elisabeth Roux

Val de Lire a participé au colloque du CRILJ (Centre de recherche et d’information sur la Littérature pour la Jeunesse)

Les 3 et 4 février 2017 s’est tenu à Paris le colloque du C.R.I.L.J., sur le thème « élargir le cercle des lecteurs : la médiation en littérature pour la jeunesse ».

Partenaire du C.R.I.L.J. depuis de nombreuses années pour l’organisation de sa journée professionnelle, Val de Lire tenait à participer, et ce fut chose faite avec une intervention d’Audrey Gaillard sur « la médiation, espace de vie sociale : l’exemple de Val de Lire ».

Dans ce compte-rendu d’expériences, il nous semblait essentiel de restituer ce qui participe de la raison d’être même de l’association. En effet, cette médiation en littérature jeunesse dans laquelle Val de Lire s’investit totalement depuis de nombreuses années ne consiste pas seulement à donner le goût de lire ou faire découvrir de nouveaux textes (ce qui pourrait déjà être une fin en soi), mais le dépasse pour créer des liens entre les personnes, à différents niveaux : entre les adultes (lecteurs venus d’horizons différents, assistantes maternelles, enseignants, parents, etc.), entre les lecteurs et les enfants (à la Protection Maternelle Infantile, dans les Temps d’Activité Périscolaires, à la plage de Beaugency, etc.), mais aussi dans les maisons de retraite, avec d’autres associations, etc. Ce maillage territorial s’inscrit dans une démarche volontaire d’éducation populaire, qui s’appuie sur le livre. La lecture est aussi une démarche citoyenne, et les différents exemples de nos interventions l’ont bien montré : comme le souligne Marie-Aude Murail, à l’heure actuelle « ce n’est pas la lecture qui est en danger, ce sont les illettrés » (in 50 ans de littérature pour la jeunesse : raconter hier pour préparer demain, Les Cahiers du C.R.I.L.J., n°7, novembre 2015).colloque-2017-9 colloque-2017-12 colloque-2017-8

Métissage à l’œuvre au travers des mots et dans les images

Journée de formation 8 mars 2017

Journée thématique sur la littérature pour la jeunesse. Ouverte à tous.

au Puits Manu à Beaugency

(Le Puits Manu est à 5 mn à pied de la gare).

Organisée par Val de Lire et le CRILJ.

MATIN

. 9 heures : accueil, café, viennoiseries.

. 9 heures 30 : Présentation de la journée

 par Elisabeth Roux (Val de Lire) et André Delobel (CRILJ)

. 9 heures 45 : Conférence par Elodie Malanda, doctorante à l’université Sorbonne Nouvelle (Paris 3), danseuse dans la compagnie Prézzaj dirigée par la chorégraphe Creola Moana.

Le métissage dans la littérature de jeunesse : cadeau, fardeau ou juste une norme parmi d’autres ?

La recherche d’Elodie Malanda porte sur les représentations de l’Afrique subsaharienne et les auto-représentations des personnes dites « blanches » dans les romans pour la jeunesse en France et en Allemagne            entre 1991 et 2010. Titre de sa thèse : « La transmission des valeurs dans les romans sur l’Afrique (France, Allemagne, 1991-2010) : les pièges de la bonne intention. »

( un temps sera réservé aux questions des participants )

. 11 heures 15 : Lectures métissées

 par Les lecteurs de Val de lire

. 11 heures 45 : Faisons les courses

 possibilité d’achat de livres

. 12 heures 00 : Déjeuner

de façon autonome, dans les brasseries de la ville ou ensemble, sur place, au Puits-Manu. Inscription obligatoire et règlement préalable (12 euros).

APRES-MIDI

. 13 heures 30 : Discussion avec Loïc Jacob et Chun-Liang Yeh, fondateurs de la maison d’édition HongFei. 

HongFei développe une ligne éditoriale singulière qui invite les lecteurs à fréquenter autrement l’inconnu et à vivre une expérience de l’altérité.

( un temps sera réservé aux questions des participants )

. 14 heures 30: Lectures d’albums des Éditions HongFei Cultures

 par Les lecteurs de Val de lire

 . 15 heures 00 : Rencontre avec François Roca

L’illustrateur François Roca, invité d’honneur du salon, créateur de l’affiche, répond aux questions d’Audrey Gaillard, chargée de mission de Val de lire.

( un temps sera réservé aux questions des participants )

. 16 heures 00 : Faisons les courses

possibilité d’achat de livres.

. 16 heures 30 : déplacement vers l’église Saint-Etienne

. 17 heures : visite avec François Roca de l’exposition mise en place à l’église Saint-Étienne « Fred Bernard, François Roca, créateurs d’aventures »

. 18 heures 30 : Vernissage tout public de l’exposition

 

Des petites valises de livres et jeux circulent…

Val de lire lance une nouvelle action à la rentrée 2016 : à l’occasion de la semaine de la lutte contre l’illettrisme (du 5 au 10 septembre 2016 organisée par l’Agence Nationale de la Lutte contre l’illettrisme), des petites valises de livres débuteront leurs voyages…

 

En effet, l’association Val de Lire met à disposition des familles et assistantes maternelles, des valises comprenant chacune 8 livres pour les petits et les grands : imagiers, histoires, comptines, contes… et un jeu en lien avec les albums.

Ces valises destinées aux enfants sont prêtées lors des lectures proposées par Val de Lire (association d’accueil parents-enfants « La ritournelle », halte-garderie de Baule et Lailly en Val, relais assistantes maternelle de la CCCB, Maisons d’assistantes maternelles, rencontres dans divers lieux avec le camion aménagé en espace lectures Roulebarak…).

À travers cette action, l’association Val de lire souhaite favoriser l’accès à la littérature jeunesse pour tous, permettre aux enfants et adultes de s’approprier la littérature de jeunesse de qualité en la découvrant par le jeu, fédérateur entre les générations, de donner le goût de la lecture et de favoriser les échanges entre participants.

 

Après 10 mois de lecture et de voyage, les personnes participantes (enfants accompagnés des adultes) seront réunies pour un goûter-lecture, l’occasion de réunir les différents publics et de partager en toute convivialité les impressions, les préférences de livres et d’écouter des histoires encore et encore…

 

 

Présentation de l’action « Jouer à lire ensemble » le samedi 10 septembre, lors du forum des associations, Parc Thérèse Cherrier à Beaugency.  (Labellisé par l’Agence Nationale de La lutte contre l’illettrisme.)