Atelier « Fabriquer des livres »

L’association Val de Lire initie des temps de formation à destination des adultes pour découvrir et mettre en place des activités autour du livre.

Ces ateliers s’adressent aux professionnel.les (animateur.rices, enseignant.es, bibliothécaires…) et aux bénévoles, parents, grands-parents…

Le premier rendez-vous autour de la thématique « Jouer » s’est déroulé en octobre dernier.

Deux dates sont proposées pour le prochain atelier autour de la thématique « Fabriquer des livres » le mercredi 22 janvier et le samedi 25 janvier, à la Maison Agora, de 14h à 16h30. (Il s’agit du même atelier proposé deux fois).

Une troisième session aura lieu « Interpréter » le 3 et 6 juin 2020.

Le formateur est Andy Kraft, artiste plasticien, lecteur de Val de Lire. Il a été formateur éducation populaire et enseignant en classe maternelle et collège.

Inscription obligatoire ici.

L’atelier est gratuit. Renseignement : 02 38 44 75 66.  

Et si on jouait… avec les livres ?

Le mercredi 16 octobre et le samedi 19 octobre, Val de Lire a proposé un atelier intitulé « Jouer avec les livres » ouvert à tous, animé par Andy Kraft, membre de Val de Lire, plasticien et éducateur. Ces ateliers ont réuni des bénévoles de Val de Lire, des animatrices, des bibliothécaires, des enseignantes… Chacun-e est reparti-e avec des idées qu’il ou elle avait hâte de mettre en oeuvre.

En début d’atelier, chacun-e a défini le mot « jouer »: ne pas travailler, s’amuser, respecter des règles, manipuler, partager, découvrir…

Les participant-es ne sont pas resté-es assis-es longtemps, Andy les ayant invité-es à se lever et à former deux équipes en files indiennes. Ce premier jeu est un jeu de course. On impose un élément (textuel ou visuel) à trouver dans une sélection de livres placés à quelques mètres de la première personne de chaque équipe. L’objectif est atteint, chacun-e s’amuse mais a aussi l’envie d’ouvrir le livre pour le lire en entier.

Le deuxième jeu est un jeu de cibles. Des albums sont étalés au sol. Le joueur choisit à l’avance un élément à trouver. Il lance une chaussette en visant le livre où il espère trouver cet élément.

Le groupe a ensuite formé un cercle. On choisit un album, qui est passé de main en main, et chacun-e lui invente une autre fonction :  » ce n’est pas un livre, c’est… un chapeau, une maison, un ordinateur portable… ». On a fait plusieurs tours, ce qui a montré l’inventivité de chacun-e.

On passe ensuite au « domino des livres ». A partir d’un premier album posé au sol, sur le principe du jeu de dominos, les participant-es posent d’autres albums en fonction d’un lien entre les couvertures. Il faut expliciter le lien, ou jouer à le retrouver a posteriori : ça peut être le titre, la couleur, la forme, les illustrations, la maison d’édition… Le but d’utiliser tous les livres. Certaines combinaisons ont été difficiles à justifier, tant la logique des un-es et des autres peut varier.

Le dernier jeu présenté est un jeu d’écriture. On crée une phrase à partir des titres des albums proposés. On peut rajouter des mots de liaison et de la ponctuation. On complète ensuite cette phrase en inventant un début et un fin. 

Quelques exemples tirés de ce jeu :

«  Le chuintement du gramophone brise le silence du salon.

Viens danser dans le livre, le livre de la nuit… Va, mon Achille !

Les étoiles nous accompagnent. 1,2,3… c’est la valse nocturne. »

« Avant de m’endormir, Maman me disait :

En route mon tout petit, dans le ciel il y a de tout petits oiseaux et des doux rêveurs

Et je m’envolais au pays des songes. Je n’ai jamais su la fin de l’histoire. »

Les participant-es étaient ravi-es d’avoir expérimenté ces différents jeux, avec la possibilité de l’adapter à leur(s) public(s).

Deux autres cycles d’ateliers sont proposés, ouverts à tous et toutes :

« Fabriquer des livres », le mercredi 22 janvier et le samedi 25 janvier 2020;

Lien pour s’inscrire à l’atelier ( lien obligatoire pour s’inscrire )

 » Interpréter « , le mercredi 3 juin et le samedi 6 juin 2020.

Jouer avec les livres : activités avec des albums jeunesse

L’association Val de Lire initie des temps de formation à destination des adultes pour découvrir et mettre en place des activités autour du livre.

Le premier rendez-vous sera autour de la thématique « Jouer » : des jeux calmes, sportifs, d’écriture en lien avec les livres à partager avec des enfants, des adolescent·es et des adultes.

Ces ateliers s’adressent aux professionnel.les (animateur.rices, enseignant.es, bibliothécaires…) et aux bénévoles, parents, grands-parents…

Deux dates sont proposées : le mercredi 16 octobre et le samedi 19 octobre, à la Maison Agora, de 14h à 16h30. (Il s’agit du même atelier proposé deux fois).

Deux autres sessions auront lieu  » Fabriquer » le 22 et 25 janvier et « Interpréter » le 3 et 6 juin 2020.

Le formateur est Andy Kraft, artiste plasticien, lecteur de Val de Lire. Il a été formateur éducation populaire et enseignant en classe maternelle et collège.

Inscription obligatoire ici. L’atelier est gratuit.
Renseignement : 02 38 44 75 66.

Une journée de formation pour les lecteur·rice·s de Val de Lire

Une journée de formation a été proposée aux lecteur·rice·s de Val de Lire le 17 novembre 2018. Deux temps identiques avaient été proposés en 2015, 2016 initiés et organisés par la chargée de mission et certains membres du bureau. À la demande des lecteur·rice·s lors d’une réunion de bilan des lectures (en juin 2018), un groupe se constitue ayant pour mission d’organiser une nouvelle journée de formation. Trois bénévoles se proposent auxquels s’associent les deux salariées de Val de Lire.

Une première réunion est organisée au mois d’octobre : le groupe met en commun ses idées, se questionne (quels objectifs, quelles attentes formulées par les bénévoles, quels dysfonctionnements, quels points à améliorer…).

Il est décidé de concevoir une journée qui puisse s’adresser à tous, nouveaux bénévoles, débutant·e·s ou initié·e·s, ayant pour objectif de réunir les lecteur·rice·s et créer du lien entre eux. Il s’agit également de valoriser les actions menées, d’y réfléchir, de partager des connaissances, des pratiques et d’encourager les prises d’initiatives des lecteur·rice·s.

Le groupe de travail convient d’alterner temps de lecture, ateliers en petits groupes et échanges collectifs. Le programme est établi et partagé.

Dix-sept personnes s’inscrivent à la journée. Parmi les participant·e·s : six personnes ont intégré l’équipe cette année en 2018 et onze « anciens » lecteur·rice·s.

Les lecteur·rice·s présents sont âgé·e·s de 12 ans à 70 ans. Ils sont : une collégienne, une lycéenne, un étudiant, deux salariées Val de Lire, neuf personnes retraitées, trois personnes en activité.

Des moments de convivialité ponctuent la journée dont un repas partagé le midi.

De ces échanges et de ces temps de travail, naissent les souhaits de constituer des groupes dès le mois de décembre pour poursuivre la confection de tapis à histoires et de reconduire l’organisation d’une journée de formation l’année prochaine.

 

Quelques retours des participants :

« D’abord bravo d’avoir réuni des lecteurs de 12 à 70 ans d’autant plus que tout le monde, me semble-t-il, a trouvé sa place et tiré profit de cette journée. L’organisation en binôme, retour au groupe et petits groupes l’après-midi est efficace et permet de mieux se connaître. Le travail du matin m’a fait découvrir d’autres albums : j’ai réinvesti aussitôt aujourd’hui en lisant au RAM Mon tout petit et Connaissez-vous Pouf, ce qui a bien marché.

L’après-midi : après un certain flottement, tout le monde s’est pris au jeu de la création de tapis à histoires…très bonne idée d’Andy et encore mieux si ça peut se concrétiser. Les 3 tapis donneront à voir et à entendre des histoires sympas !

Quant à la convivialité, on ne peut guère faire mieux ! »

« C’était une journée très riche pour les lecteurs que nous sommes et un très agréable moment de convivialité et de partage.

J’ai trouvé la journée bien construite et équilibrée dans son découpage, moments collectifs et moments en petits groupes.

Je suis épatée que nous ayons pu aller aussi loin sur la conception des tapis: le projet me semblait un peu ambitieux au moment de sa présentation. J’ai hâte de voir le(s) tapis prendre forme! »

« Bonne ambiance, échanges intéressants, projet sur les tapis à histoire enthousiasmants. Ce dernier est aussi une occasion de relire et d’analyser certains albums.

Merci pour cette journée. Une vraie respiration avec des moments d’émotion et des fous rires bienfaisants. »

« Ces ateliers pratiques étaient purement excellents, j’ai adoré ! Beaucoup de compétences étaient développées et le projet de l’après-midi était pour le moins inattendu, innovant, créatif, et hyper-enrichissant. La formation ne sera pas quelque chose d’éphémère je trouve ! »

« Très bonne journée qui permet de faire connaissance avec les  nouveaux lecteurs, échanger, découvrir des albums, réfléchir à des activités riches. Le tapis à histoires m’a beaucoup plus. La convivialité, le partage… Quelle journée enrichissante! »

Comprendre aujourd’hui, anticiper demain Journée de formation 13 mars 2019

Dans le cadre du 34e Salon du livre jeunesse de Beaugency, l’association Val de Lire et le CRILJ proposent une journée de formation intitulée « Comprendre aujourd’hui, anticiper demain » le mercredi 13 mars 2019.

La formation se déroule au Puits Manu à Beaugency (à 5 min de la gare de Beaugency).

 

MATIN

. 9 heures : accueil, café, viennoiseries.

. 9 heures 30 : Présentation de la journée  

par Catherine Mourrain (Val de Lire) et André Delobel (CRILJ)

. De 9 heures 45 à 11 heures 15 : Lire pour lier, penser, jouer, imaginer, éprouver des émotions, comprendre le monde et l’agrandir par Joëlle Turin

Partager des lectures d’albums de qualité avec les tout-petits répond aux besoins fondamentaux du jeune enfant d’entrer en relation avec soi, les autres et le monde. Pour s’en émerveiller, y faire son nid, entretenir sa soif de découvertes, de surprises et de connaissances.

Formatrice auprès des professionnels de l’enfance et du livre, Joëlle Turin défend l’espace de résistance, de liberté et de créativité que les albums et les histoires offrent aux tout-petits. Auteure de Ces livres qui font grandir les enfants (Didier jeunesse, 2008, réédition augmentée en 2012).

(Un temps sera réservé aux questions des participants).

. De 11 heures 15 à 12 heures 30 : Pleins feux 2019 : les éditions À pas de loups avec Laurence Nobécourt, fondatrice de la maison en 2014. Échanges animés par Anouk Gouzerh.

Laurence Nobécourt publie des livres aux qualités graphiques et artistiques exigeantes, privilégiant la création littéraire et artistique avec des auteurs et des illustrateurs confirmés ou de jeunes talents. Bestiaires loufoques, abécédaires enchanteurs, leporello onirique, albums drôles, poétiques ou engagés.

. 12 heures 30 : Déjeuner

De façon autonome, dans les brasseries de la ville ou ensemble, sur place, au Puits-Manu. Inscription obligatoire et règlement préalable (12 €).

 

APRES-MIDI

. De 14 heures à 15 heures 30 : Qu’en est-il des représentations de l’avenir dans les albums ? Par Christian Bruel

Rares sont les albums « jeunesse » qui évoquent le futur et plus rares encore ceux qui l’imaginent comme le creuset de configurations sociales et humaines exaltantes. Dans la quasi totalité de la production, l’ordre des choses se trouve indéfiniment reconduit sans autre forme de procès. Sans doute parce que tenir les jeunes lectures à l’écart des utopies positives peut sembler plus confortable. Mais ce n’est assurément pas le meilleur service rendu à l’avenir. Car comme l’écrivait Gaston Bachelard, « on ne veut bien que ce que l’on imagine richement ».

Auteur, éditeur scrupuleux pour Le Sourire qui mord puis pour les éditions Être, formateur infatigable, grand connaisseur de l’album, Christian Bruel aime, en lecteur attentif, nous entretenir de ce que, le plus souvent, une lecture rapide ne permet pas de débusquer.

(Un temps sera réservé aux questions des participants).

. De 15 heures 30 à 17 heures : À bâtons rompus avec Rébecca Dautremer. Échanges animés par Audrey Gaillard

L’illustratrice Rébecca Dautremer, invitée d’honneur du salon, créatrice de l’affiche, répond aux questions d’Audrey Gaillard, chargée de mission de Val de Lire.

. 17 heures : déplacement vers l’église Saint-Etienne et visite de l’exposition Mes petits papiers. Des images de Rébecca Dautremer extraites d’albums pour la jeunesse, de la presse et de la publicité. Exposition évolutive au fil des publications de l’illustratrice. (Conception : galerie Jeanne Robillard)

. 18 heures : inauguration de l’exposition.

Inscription obligatoire ici avant le 28 février 2019.

Retour sur la journée de formation du 28 mars

L’association Val de Lire a accueilli mercredi 28 mars 150 personnes au théâtre du Puits Manu pour une journée de formation intitulée « Lira bien qui rira le premier ».

Des bibliothécaires, documentalistes, enseignants, étudiants, conseillers pédagogiques, éducateurs de jeunes enfants, bévénoles, etc ont apprécié la qualité des conférences proposées par Yvanne Chenouf et Marie Leroy-Collombel.

Antonin Louchard a présenté son travail, du premier album en 1993 « Tête à classe » à son dernier « La Piscine » publié en 2018.

Retour en images sur cette journée qui s’est clôturée avec le vernissage de l’exposition « Tout un Louvre » d’Antonin Louchard et Katy Couprie.

 

La conférence d’Yavnne Chenouf est téléchargeable ici :

[gview file= »https://valdelire.fr/wp-content/uploads/2018/04/Lhumour-Yvanne-Chenouf.pdf »]

Journée de formation : Lira bien qui rira le premier, 28 mars 2018

Dans le cadre du 33e Salon du livre jeunesse de Beaugency et Saint-Laurent-Nouan, Val de Lire et le CRILJ organisent une journée professionnelle le mercredi 28 mars 2018 :

 

Lira bien qui rira le premier

au Puits Manu, à Beaugency.

La journée sera animée par André Delobel, pour le CRILJ

et par Catherine Mourrain, pour Val de Lire

Ouverte à tous. Inscription obligatoire, ici.

 

Programme de la journée :

MATIN

. 9 h : accueil, café, viennoiseries.

. 9 h 30 : Présentation de la journée par Catherine Mourrain (Val de Lire) et André Delobel (CRILJ)

. 9 h 45 : Pleins feux éditeur 2018 : lectures d’albums des éditions L’initiale par les lecteurs de Val de lire

. 10 h à 11 h 30 : L’humour en construction dans les interactions adulte-enfant par Marie Leroy-Collombel

Maître de conférence à l’université Paris Descartes et directrice du département Sciences du langage. Marie Leroy-Collombel retrace les premières manifestations de l’humour chez des enfants de un à six ans filmés dans leur famille, y compris dans des activités de lecture partagée enfants-parents.

( Un temps sera réservé aux questions des participants )

. 11 h 30 à 11 h 45 : Lectures (pour rire) d’albums pour les tout-petits par les lecteurs de Val de lire

. 11 h 45 à 12h  : Lectures des (riantes) réponses des auteurs invités au salon par André Delobel

. 12 h 00 : Déjeuner de façon autonome, dans les brasseries de la ville ou ensemble, sur place, au Puits-Manu. Inscription obligatoire et règlement préalable.

APRES-MIDI

. de 13 h 30 à 15 h: À bâtons rompus avec Antonin Louchard par Audrey Gaillard et les participants

L’auteur-illustrateur Antonin Louchard, invité d’honneur du salon, créateur de l’affiche, répond aux questions d’Audrey Gaillard, chargée de mission de Val de lire.

( Un temps sera réservé aux questions des participants )

. de 15 h à 16 h 30 : L’intelligence heureuse ou le parti d’en rire par Yvanne Chenouf

L’humour est un langage qui se nourrit des décalages, des non-dits et du non-sens appliqués à la vie ordinaire, à ses contradictions. Mais à l’inverse de l’ironie, l’humour n’exclut pas : il affilie. Être sensible à l’humour, c’est comprendre les enjeux d’une situation, repérer les cibles et les alliés, saisir les implicites, interpréter les références, ne pas en rester au pied de la lettre, faire preuve d’esprit, s’alléger, à bas bruits, des poids de l’existence en sachant leur fin programmée.

A travers divers livres, surtout ceux de Gilles Bachelet, de Philippe Corentin et d’Anaïs Vaugelade, nous verrons comment l’humour développe savoir-lire et savoir vivre, change le regard sur le monde et même le monde.

Longtemps chercheuse à l’Institut national de recherche pédagogique (INRP) et professeure en IUFM, grande connaisseuse de la littérature pour la jeunesse, Yvanne Chenouf fut aussi présidente de l’Association française pour la lecture (AFL).

( Un temps sera réservé aux questions des participants )

 . 16 h 30 : déplacement vers l’église Saint-Etienne, lieu d’exposition.

. 17 h 00 : visite à l’église Saint-Étienne de l’exposition Tout un Louvre, transposition de l’album-imagier d’Antonin Louchard et Katy Couprie (Thierry Magnier, 2005)

La journée se clôturera par le vernissage de l’exposition à 18h, en présence d’Antonin Louchard.

Retour sur le séminaire Babil-Babel, par l’Agence quand les livres relient, par Anouk Gouzerh

Val de lire adhère à l’Agence quand les livres relient, à ce titre nous participons aux formations et aux journées de rencontres organisées par celle-ci.

Un premier rendez-vous pour le séminaire Babil-Babel a eu lieu à Paris le vendredi 22 septembre, organisé par l’Agence quand les livres relient

Le langage, la parole, la voix, la littérature jeunesse comme indispensables accompagnements vers le « devenir humain », sont les axes de réflexion de ce séminaire, pour lequel étaient abordées plus spécifiquement ce vendredi les questions du multilinguisme, de la diversité des voix et des langues. Différentes réflexions et actions  ont été présentées dans ce sens : les projets de la Médiathèque départementale de Seine-et-Marne, les outils pédagogiques de l’association Dulala, des lecteurs et bibliothécaires, une comparaison des traductions de Flix de Tomi Ungerer (un chien né de chats qui vit avec les deux cultures canine et féline…)…

Une expression est revenue tout au long de cette journée, celle des « petits riens », touches de pensées et d’actions collectives qui donnent progressivement corps à cet engagement autour du langage, de la lecture et du mélange des cultures dans la société.

Défense de la littérature jeunesse par Dominique Rateau

Dominique Rateau, orthophoniste et présidente de l’Agence quand les livres relient, a trouvé les mots pour une défense de la littérature jeunesse et la richesse de son langage fait de textes, sons et images. La littérature permet de trouver son propre récit (pas un « modèle »), sa propre réponse au monde que l’on doit habiter. Dominique Rateau cite Alberto Manguel pour qui lire forme chez l’humain un nouveau sens, qui s’ajoute aux cinq autres.

Pourquoi lire aux tout-petits ? Parce qu’ils « savent lire avant que de parler », c’est-à-dire chercher à interpréter le monde, entrer en relation avec lui, et que c’est une des formes d’un accueil, un accompagnement indispensable.

Pourquoi la littérature « jeunesse », à toute âge de la vie ? Parce que c’est une oeuvre de même valeur que celles institutionnalisées, et qu’on ne lit avec un enfant comme « en surplomb » de lui, mais à ses côtés, chacun à son niveau de lecture.

Coup de coeur pour l’association Eclats :

Pour aborder les problématiques en question (pourquoi, comment parlons-nous ? Langage, langue ou langues au pluriel ?), la journée s’est ouverte sur une approche à part, au milieu des acteurs des livres, avec l’association Eclats, qui s’intéresse aux langages musicaux contemporains. Deux chanteuses lyriques ont ponctué la journée d’interludes chantés. Si leur action pouvait apparaître « à part », cette intervention a en fait permis de commencer par le commencement : la voix, la musique, le rythme, ou encore : la matière sonore, la corporalité du langage.

Eclats propose des spectacles musicaux pour adultes et jeune public, et des séances d’éveil musical pour les plus petits.

Le spectacle « ma » :

Ce spectacle est une des créations pour un public de 6 mois à 5 ans.

Dans une hutte-cocon, une femme chante.  Elle écoute son petit, lui dit la vie à venir.
« ma », première syllabe prononcée, « ma », comme maman, ma, prémisse du moi…
Sophie Grelié explore l’enfance de la parole, la musique de la langue, le pré-langage du bébé, toute la dimension  poétique de cette relation de l’adulte à l’enfant.

L’idée est née à l’écoute des Chants du Capricorne de Giacinto Scelsi, suite de chants, de cris, de râles rythmés par des silences, a capella. On se rapproche alors d’un prélangage brut et intensément expressif, qui nous entraîne au coeur de l’expérience du babil. Ce pré-langage développe toute la « musique » de la langue maternelle : mélodie, intonation, rythme, timbre, couleur, intensité, intention, silences de la langue parlée. »

Chanter dans les lieux de la petite enfance

Sophie Grelié, cofondatrice, musicienne et responsable Petite Enfance, nous a montré la captation de séances de chants face aux bébés (ici). La chanteuse intervenante improvise en reprenant les babils, les exclamations des petits ou bien répond par des passages des chants du Capricorne. On assiste à un véritable échange, un déploiement de la parole. Les réactions des enfants sont étonnantes et intenses. Ces vocalisations, chez l’enfant et l’intervenante, rappellent que la voix concerne tout le corps, qui accompagne la production du son : « au cœur du son, le tout petit joue de la matière, des variations, des plaisirs de la résonance sur le corps ».

 

 

 

Formation à Beaugency : Lire des histoires aux enfants : pourquoi ? quel album ? comment ?

L’association Val de Lire propose quatre temps de rencontres à l’attention des adultes :

parents, professionnels de la petite enfance

ou toute autre personne intéressée

aux dates suivantes :

Jeudi 5 octobre

Vendredi 6 octobre

Jeudi 12 octobre

Vendredi 13 octobre

de 9h15 à 12h00.

(Il est conseillé de participer à l’ensemble des matinées).

À Beaugency , Maison de la jeunesse. 

 

Thèmes :

Enjeux de la rencontre avec le livre pour l’enfant dès son plus jeune âge,

Présentation d’album, découverte de la production éditoriale jeunesse.

Mise en pratique : entrainement à la lecture à haute voix.


Intervenants :

Dominique Veaute et Catherine Métais pour Livre Passerelle

Christian Sterne pour La compagnie les fous de bassan !

Des lecteurs de Val de Lire animeront des jeux et lectures pour les enfants présents.

 

Coût de la formation :

Gratuit pour les participants grâce à un financement de la Communauté de Communes des Terres du Val de Loire.

Adhésion à Val de Lire : 15 €.

Inscription obligatoire auprès de Val de Lire, ici ou au 02 38 44 75 66.

Réunions départementales des professeurs documentalistes du Loiret

Audrey Gaillard, chargée de mission de Val de Lire, est intervenue le 30 mai au Canopé d’Orléans pour partager l’expérience de Val de Lire et souligner l’importance de la lecture à haute voix dans le développement du tout-petit et de l’enfant.

Les membres fondateurs de l’association Val de Lire (créée en 2005) ont très vite mis en place des séances de lectures à haute voix, s’appuyant sur les travaux de René Diatkine, pédopsychiatre, Marie Bonnafé psychanalyste et Tony Lainé, psychiatre et psychanalyste, qui ont fondé en 1980 l’association A.C.C.E.S. (Actions culturelles contre les exclusions et les ségrégations). Ils ont écrit de nombreux témoignages, des comptes-rendus de recherche. Ils ont publié des textes qui font référence, ils sont pour Val de Lire les bases de notre travail (dont Les livres c’est bon pour les bébés de Marie Bonnafé, collection hachette littératures). Val de Lire s’appuie également sur les textes publiés par l’Agence quand les livres relient, dont elle est membre, convaincue que l’expérience littéraire dès le plus jeune âge favorise l’épanouissement de l’enfant, nourrit son imaginaire et développe son langage.

Audrey Gaillard s’est ainsi appuyée sur de nombreuses références pour démontrer l’importance de la lecture et de la littérature dans le développement psychique du jeune enfant : Evelio Cabrejo-Parra, psycholinguiste et vice-président d’ACCÈS, Donalds Woods Winnicott, Psychanaliste, Dominique Rateau, orthophoniste et Présidente de l’Agence quand les livres relient, Joëlle Turin, critique et formatrice en littérature de jeunesse,  Geneviève Patte, bibliothécaire, Michèle Petit, anthropologue…

L’enfant, à la naissance, est sensible à la rythmique, c’est pourquoi il faut lui apporter de la poésie et de la littérature dès son plus jeune âge. La littérature est constitutive du développement psychique de l’enfant. Son rôle est primordial, elle accompagne l’enfant qui est en train de se construire et l’aide à franchir différentes étapes par le biais de la fiction, du jeu et du rire. L’album offre à l’enfant la possibilité de se reconnaitre, de se confronter aux autres, de vivre des expériences, de comprendre ses émotions, de mettre des mots sur ses ressentis, d’apporter de la matière pour penser… L’être humain a besoin de langage pour se construire en tant que sujet. Audrey Gaillard a donné quelques exemples d’interventions proposées par Val de Lire en expliquant la nécessité d’un regard bienveillant et positif de la part de l’adulte pour que la lecture à haute voix soit un moment de plaisir partagé contribuant à l’épanouissement de l’enfant. Partager une lecture avec un enfant c’est ouvrir le sens des mots, c’est lui permettre d’élargir ses représentations du monde,  d’élaborer des possibles, et aussi de revenir à lui, de cultiver sa liberté intérieure et son lien avec les autres.

Elisabeth Roux a prolongé la réflexion en démontrant que le rôle de la littérature reste primordial dans le développement de l’adolescent, c’est-à-dire au  moment où sa relation au langage se poursuit et se complexifie en même temps que son rapport au monde évolue ; mais aussi au moment où il est confronté à de nouveaux besoins et questionnements.

La littérature peut lui permettre de vivre des expériences humaines pour construire la sienne, il peut y puiser ce dont il a besoin.

« La littérature est un poumon qui nous permet de respirer » Evelio Cabrejo-Parra, à Beaugency, le 19 mai.