Journées Nationales d’action contre l’illettrisme

Dans le cadre des Journées Nationales d’action contre l’illettrisme,

Les Amis de l’école laïque et Val de Lire s’associent et organisent les rendez-vous suivants :

Roulebarak au forum des associations à Beaugency, Parc Thérèse Cherrier, le 7 septembre 2019 : lectures d’albums partagées avec enfants et adultes et jeux en lien avec les livres. Possibilité de venir à tout moment entre 10h et 18h. Tout public.

Exposition-quizz mise à disposition par le CRIA 45 : réflexion sur l’illettrisme. Exposition à découvrir lors du forum des associations le 7 septembre puis à la Maison Agora, 59 avenue de Vendôme, au rez-de-chaussée du 9 au 19 septembre 2019. À destination à la fois des jeunes, des adultes, des professionnel·le·s, des élu·e·s et des personnes fragilisées à l’écrit.

Roulebarak dans le parc des canards à Beaugency, le mercredi 11 septembre. Avec la participation des fous de bassan ! Possibilité de venir à tout moment entre 16h et 18h. Tout public.

Jeu de sensibilisation sur l’illettrisme animé par le CRIA 45 lors du café des partenaires au centre social de Beaugency, Usine Agora, le jeudi 12 septembre de 13h à 14h. À destination des professionnel·le·s, élu·e·s, responsables associatifs…

Ces actions initiées par Val de Lire disposent du label Agir ensemble contre l’illettrisme de l’Agence Nationale de Lutte contre l’illettrisme.

Les expositions ouvrent bientôt…

À l’église Saint-Étienne à Beaugency, place du Martroi

Mes Petits Papiers 

Illustrations originales de Rébecca Dautremer 

Du 11 mars au 4 avril 2019

Vernissage le 13 mars à 18h en présence de Rébecca Dautremer.

Visite guidée avec Rébecca Dautremer samedi 29 mars à 14h.

Cette exposition conçue par la galerie Jeanne Robillard propose une sélection des illustrations de Rébecca Dautremer, réalisées depuis près de 20 ans. Pour la plupart, ces images sont extraites d’albums pour la jeunesse, de la presse et de la publicité.

 

À la médiathèque La Pleiade à Beaugency

Illustrations de Geoffroy de Pennart

Du 6 mars au 3 avril 2019

Promenade ludique à travers l’œuvre de Geoffroy de Pennart : brouillons, esquisses, travaux préparatoires, illustrations extraites d’albums, couvertures… toutes les étapes de la création à découvrir.

 

Au passage Pellieux, rue de la cordonnerie, à Beaugency

Et à la Mairie de Baule

S’aimer 

Exposition conçue par les éditions À pas de loups

Du 18 mars au 4 avril 2019

Moment de convivialité samedi 23 mars à 12h30 au Passage Pellieux. 

Et si l’ultime aventure était d’aimer ?

Au lendemain du 13 novembre 2015, créer sur le thème de l’amour était une nécessité. Un collectif de trente-neuf illustrateurs ont dessiné, chacun dans son sylve propre, sur ce thème. Cécile Roumiguière a ensuite écrit un texte pour lier ces illustrations. Le résultat est un livre poétique et fort sur l’amour que deux personnes se portent tout au long de leur vie. L’exposition S’aimer présente ce projet singulier, des premières idées et esquisses aux illustrations et texte finaux.

 

À la médiathèque Philippe Barbeau de Saint-Laurent-Nouan

Voyages en couleur

Originaux de Mickaël El Fathi

Du 19 mars au 6 avril 2019

Illustrations originales extraites des albums de Mickaël El Fathi, auteur, illustrateur et voyageur.

Spectacle de lecture dessinée et animée le jeudi 28 mars sur le lieu de l’exposition : Au pays des loups qui chantent avec Lili Grain d’Orge

 

À la médiathèque de Mont-prés-Chambord

Professeur Goupil, originaux d’Anne Montel 

Du 11 au 28 mars 2019

Rencontre avec l’illustratrice sur le lieu de l’exposition le jeudi 28 mars à partir de 16h30.

 

À la médiathèque de Beauce-La-Romaine 

Petit à petit de Florian Pigé

Du 18 mars au 5 avril 2019

Rencontre avec l’illustrateur sur le lieu de l’exposition le jeudi 28 mars à partir de 16h30.

 

 

À la médiathèque d’Épieds en Beauce

Au jardin d’Emma Giuliani

Du 18 mars au 5 avril 2019

Rencontre avec l’illustratrice sur le lieu de l’exposition le jeudi 28 mars à partir de 16h30.

 

 

À l’office du tourisme des Terres du Val de Loire à Meung-sur-Loire

Le salon du livre s’affiche !

Sélection parmi les 34 affiches du Salon du Livre Jeunesse de Beaugency et Saint-Laurent-Nouan

 Du 11 mars au 5 avril

Vernissage le 11 mars à 18h.

Le journal  » Vous voulez lire ?!  » Il était une fois… le Salon du Livre. Rédigé par Cyril Varquet

Cyril Varquet, bénévole de Val de lire, nous raconte en mots et en images le 33e salon du livre jeunesse, dans les cinq numéros de  » Vous voulez lire ?!  » : des visites d’expositions aux spectacles de la salle des contes, des ateliers d’illustration et d’écriture aux histoires sous un saule… et quelques portraits de jeunes visiteurs. Bonne lecture !

Le numéro 1 :

[gview file= »https://valdelire.fr/wp-content/uploads/2018/04/Vvl-n°1.pdf »]

Le numéro 2 :

[gview file= »https://valdelire.fr/wp-content/uploads/2018/04/Vvl-n°2.pdf »]

Le numéro 3 :

[gview file= »https://valdelire.fr/wp-content/uploads/2018/04/Vvl-n°3.pdf »]

Le numéro 4 :

[gview file= »https://valdelire.fr/wp-content/uploads/2018/04/Vvl-n°4.pdf »]

Le numéro 5 :

[gview file= »https://valdelire.fr/wp-content/uploads/2018/04/Vvl-n°5.pdf »]

Les expositions 2018

Tout un Louvre

Un livre, une exposition

Exposition d’Antonin Louchard et Katy Couprie

À l’église St-Étienne, à Beaugency du 14 mars au 18 avril 2018.

Lundi, mardi, jeudi, vendredi de 14h à 17h,

mercredi de 10h à 12h30 et de 14h à 17h,

samedi et dimanche de 10h à 12h30 et de 14h à 18h.

Vernissage le mercredi 28 mars à 18h en présence d’Antonin Louchard. 

Le musée n’est pas seulement le lieu de la conservation et de l’inventaire des oeuvres d’art. C’est aussi celui de la diversité des représentations du monde.

À ce titre, c’est un formidable imagier potentiel. Le Louvre étant une sorte de « Monde  » en lui-même, nous proposons aujourd’hui, par le truchement d’une succession d’images de le mettre en scène à la façon du livre « Tout un monde ».

Notre intention est d’offrir aux enfants, et à tout un chacun, à travers « Tout un Louvre », une promenade ludique dans les collections et dans les salles du Musée. Nous souhaitons saisir et faire partager dans ce livre l’expérience de la « visite » avec tout ce qu’elle contient de jubilation, de curiosité et d’aventure.

Au bénéfice de rapprochements inédits avec des images contemporaines, le “tutoiement” des oeuvres offre de les retrouver – et de les reconnaître – dans un rapport très vivant au monde d’aujourd’hui.

À la découverte de ce livre, le Centre de Créations pour l’Enfance de Tinqueux nous a proposé le projet d’une exposition qui en serait le prolongement ludique.

Aux images originales du livre, publié en 2005 et régulièrement réédité depuis, sont naturellement venues s’ajouter de nouvelles créations, installations et projections multi-média, qui sont le fruit d’un même esprit d’investissement du musée, de ses collections autant que du lieu.

Il s’agit cette fois de rejouer dans l’espace et le temps d’une série de petits films d’animation, les déambulations d’un personnage récurrent du livre, le Lapin bleu, qui met en scène “l’expérience de la visite”, avec tout ce qu’elle contient de fantasmes et d’entreprises impossibles. L’installation se compose de la projection vidéo et de ses spectateurs,qui sont des momies géantes d’animaux, reprenant les momies de chat du Louvre, en les associant à d’autres plus contemporaines.

Les films sont réalisés à partir d’images photographiques animées, associées à une déambulation sonore au Louvre “recomposée”. Les momies sont sonorisées avec des ronronnements de chats, toutes créations sonores réalisées avec la complicité de Hubert Michel, du studio Césaré à Reims. 

Antonin Louchard et Katy Couprie.

 

 

 

Coupé / Collé !

Une exposition interactive pour les enfants dès quatre ans à partir des livres et collages de Claire Cantais.

À la médiathèque La Pléiade à Beaugency, du 4 au 18 avril. 

L’exposition propose une plongée dans le monde de Claire Cantais, auteure et illustratrice, une exposition dont vous êtes le héros. Avec des moyens très simples, un crayon, une paire de ciseaux, de la colle et quelques feuilles de papier de couleur, ses livres abordent des thèmes aussi importants que le sexisme dans On n’est pas des poupées, On n’est pas des super-héros, l’uniformisation de la société avec Parfaiteville ou encore les chefs d’oeuvre de l’art avec Victorine.

À partir de planches originales, d’installations à expérimenter, le visiteur est invité à voir, imaginer, s’amuser, réfléchir et créer son propre univers. L’humour, du gag aux assemblages subtils, amène chacun à s’interroger sur les conformismes. Les histoires, toujours rigolotes, soulignent les contraintes de la société et accompagnent les enfants dans la longue constitution de leur identité. Le principe est toujours le même : illustrer des idées fortes et parfois complexes avec des images simples et percutantes.

Spécialement pour cette exposition, Claire Cantais a assemblé des petites boîtes, univers poétiques parfois inquiétants jouant sur l’incongruité et les changements d’échelle, incitation pour chacun à s’inventer ses histoires. Plus loin, des pièces en bois d’un puzzle géant offrent aux enfants la possibilité de construire leur propre ville rêvée, un peu comme Claire Cantais a conçu son livre Parfaiteville à partir d’éléments accumulés.

Enfin, une cabane ludique au sol en fourrure rose et décorée avec les personnages de la trilogie Raoul la Terreur – Je m’appelle pas Bernard – Rosalie aime le rose, abrite un coin lecture avec tous les ouvrages de Claire Cantais.

 

 

 

Les coulisses du livre jeunesse de Gilles Bachelet

À la médiathèque Philippe Barbeau à Saint-Laurent-Nouan du 27 mars au 21 avril 2018. 

Rencontre avec l’artiste sur le lieu de l’exposition le jeudi 12 avril à 17h30. 

Gilles Bachelet orchestre avec une cohorte d’animaux  (lapins, autruches, éléphants ou escargots…) un détournement burlesque dans des albums truffés de références historiques, littéraires ou artistiques. Le prosaïque se retrouve à la place du « noble », le plus insignifiant est illustré avec le plus grand sérieux. Le lecteur peut se laisser prendre au jeu de la parodie, ou simplement se laisser errer dans la multitude de détails qui parsèment le monde de Bachelet.

Il exposera à la médiathèque Philippe Barbeau de Saint-Laurent-Nouan des tirages numériques de l’album Les coulisses du livre jeunesse publié aux éditions du Poisson soluble. Cet album visite le monde de l’édition jeunesse à travers quelques scènes très drôles. On se plait à reconnaitre des personnages d’autres auteurs/illustrateurs pour la jeunesse.

 

 

 

Presque toute la vérité sur les lutins de Clothilde Delacroix

À la médiathèque de Mont-près-Chambord du 1e au 20 avril.

Rencontre avec l’artiste sur le lieu de l’exposition le jeudi 12 avril à 17h.

Clothilde Delacroix maîtrise la technique du dessin, pour ses illustrations comme pour son blog plein d’humour. Elle prend en compte le réel, son sérieux, voire sa pesanteur, pour mieux le déjouer, et en parler avec dérision. On rit dans ses albums du cocasse et du ridicule du réel (Le Chien-chien à sa mémère), de la fantaisie du quotidien (Lolotte, où l’imagination des personnages transforme le réel), ou du décalage absurde ( Presque toute la vérité sur les lutins).

Elle exposera les originaux de Presque toute la vérité sur les lutins à la médiathèque de Mont-près-Chambord. Clothilde Delacroix nous propose de mieux découvrir les lutins à travers quelques chapitres portant sur leurs caractéristiques principales : la petite taille, les habits rouges et verts, la barbe, les oreilles pointues, etc.

 

 

La Piscine magique, originaux de Clothilde Delacroix

Médiathèque d’Epieds-en-Beauce.

Du 1e avril au 20 avril.

 » Aujourd’hui, Roi Lion a décidé d’offrir à ses sujets un cadeau princier : une divine trempette dans sa piscine. Mais attention, pas n’importe quelle piscine, sa piscine magique ! Ses invités, triés sur le volet, sont éblouis : il suffit de prononcer un voeu en plongeant, et l’eau se transforme immédiatement…

Une blague bien connue des cours de récréation, revisitée avec humour par Carl Norac. Les illustrations à l’aquarelle de Clothilde Delacroix, proches de l’esprit « BD », sont fortes d’expressivité et complètent à merveille le récit.  » (Didier Jeunesse)

 

 

Voir la vie autrement… 

Miss Ming, originaux de Valérie Dumas et Jean-Pierre Blanpain 

et autres peintures de Valérie Dumas

Au passage Pellieux, à Beaugency du 4 au 22 avril

Valérie Dumas est peintre et illustratrice. Loin du minimalisme et du dépouillement, elle crée à l’aquarelle ou à l’huile fine accompagnées de feuilles d’or et d’argent, un univers  intensément coloré, sensuel et foisonnant. Miss Ming, aux éditions HongFei, marque son entrée dans l’écriture. Une histoire tendre de transmission où l’héritage le plus précieux tient dans le bonheur d’un rêve.

Ce projet original, illustré à quatre mains, entremêle les aquarelles colorées et miniaturistes de Valérie Dumas aux linogravures puissantes et expressives de Jean-Pierre Blanpain.

L’album est à découvrir en vidéo ici. 

 

 

Les Mystérieux Mystères insolubles

À la mairie de Baule du 3 au 19 avril

Entre 2012 et 2015, le service Patrimoine et Inventaire de la Région Centre-Val de Loire et l’éditeur L’atelier du poisson soluble ont publié 7 albums d’une collection intitulée « Les Mystérieux Mystères insolubles » destinée à faire connaître le patrimoine régional aux enfants.

La mairie de Baule installe l’exposition de planches originales dont celles de Julie Ricossé, illustratrice invitée.

 

 

Le lapin de neige et Fox’s garden de Camille Garoche

À la médiathèque de Saran du 10 avril au 28 avril

Entrée libre et gratuite aux horaires d’ouverture de la médiathèque (mardi 14h/18h, mercredi 10h/13h-14h/18h, vendredi 14h/19h, samedi 10h/17h).

Samedi 14 avril, à la médiathèque : 

À 10h et 11h : Atelier d’illustration pour enfants de 7 ans à 10 ans.(environ 45 minutes /atelier) Gratuit sur inscription.

De 14h à 16h : Atelier tatouage éphémère pour jeunes & adultes à partir de 10 ans. Gratuit sur inscription.

De 16h30 à 18h : vente de livres et dédicace. Entrée libre.

Camille Garoche expose les illustrations originales de deux de ses albums pour enfants : Le lapin de neige et Fox’s garden, parus respectivement en 2016 chez Casterman et 2015 chez Delcourt.

Ces deux livres, sans texte, nous parlent de la rencontre. Dans Le lapin de neige, deux petites filles, l’une d’elles est en fauteuil roulant, partent à la poursuite d’un lapin blanc, dans la forêt enneigée. Dans Fox’s garden, une renarde trouve refuge auprès d’un enfant.

Camille Garoche travaille ses illustrations sous forme de petites scènes en 3D, exposées dans des boîtes. Les papiers y sont dessinés, découpés et montés en plusieurs plans, avec art, finesse et talent. Dans son exposition, elle nous offre également les planches de croquis de ces deux albums, permettant au visiteur de découvrir tout le travail d’élaboration des personnages et de cet univers sensible et foisonnant.

De petits cadres en laiton, ainsi que des illustrations sous globes complètent ce beau voyage dans les contes de Camille Garoche.

 

 

Quand il pleut, de Junko Nakamura,

À l’agence du Crédit Mutuel à Beaugency, du 27 mars au 14 avril

Née à Tokyo, elle est actuellement plasticienne à Paris.

Elle pratique le dessin, la photographie, la gravure. Ses albums, par le texte et l’image, voire l’illustration seule dans « La Visite », allient simplicité et poésie. Elle recréé des instants de vie,  comme un matin ensoleillé ou un jour de pluie, avec concision et sensibilité, par un grand sens des couleurs et du cadrage.

Quand il pleut raconte le temps d’une averse. Dans cet album, tout concourt à convoquer les émotions, les sensations avec simplicité et intensité. La succession de doubles-pages est propice à la rêverie, à la lenteur et à l’éveil des sens. Le lecteur, en parcourant les illustrations, peut lui-même vivre les expériences du personnage.

 

 

Expositions 2017

À l’église St Étienne à Beaugency :

L’exposition « François Roca : 20 ans de création avec Fred Bernard »  du 1 au 30 mars 2017.

Le vernissage de l’exposition se déroulera le mercredi 8 mars à 18h30, en présence de François Roca. Ouvert à tous.

Du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h.

Samedi et dimanche de 10h à 12h30 et de 14h à 18h.

couverture créateurs d'aventures

À la médiathèque de la Communauté de Communes du Canton de Beaugency :

Voyage en métissage, originaux de Judith Gueyfier du 6 au 27 mars 2017.

Au passage Pellieux à Beaugency : 

Originaux de Pierre Cornuel, du 13 au 26 mars 2017.

À la médiathèque de Saint-Laurent-Nouan : 

La terre est ma couleur de Zaü du 4 mars au 1 avril.

Une lecture dessinée sera proposée le samedi 25 mars en présence de Zaü et Caroline Roux.

À la médiathèque de Mont-Prés-Chambord 

Linogravures de Clémence Pollet du 28 février au 25 mars.

pollet

À la médiathèque de Meung Sur Loire : 

Originaux d’Achile du 8 mars au 8 avril.

À la médiathèque de la Ferté Saint Aubin : 

J’y vais, avec Matthieu Maudet ! du 13 mars au 1 avril.

Rencontre dédicace avec l’illustrateur le vendredi 24 mars à 16h30.

9782211207812

À la médiathèque d’Épieds en Beauce : 

Originaux de Henri Meunier du 14 au 25 mars 2017, rencontres dédicaces le 24 mars à 16h30.

À l’agence du Crédit Mutuel de Beaugency : 

Images et crayonnés de Cache-cache loup d’Ella Charbon du 6 au 25 mars 2017.

À la mairie de Baule : 

20 images, 20 voyages, 20 illustrateurs, exposition des éditions Rue du Monde. Vernissage le lundi 13 mars à 18H30.

Objets Vraiment Nouveaux Identifiés de Carole Chaix

Carte blanche à Carole Chaix : exposition à l’église St-Étienne à Beaugency du 2 au 27 mars 2016 dans le cadre du 31e Salon du Livre Jeunesse de Beaugency et Saint-Laurent-Nouan.

Originaux, affiches, grands formats, carnets, créations inédites, reconstitution de l’atelier de l’artiste, esquisses, projets à venir, affiche détournée… Une installation originale créée pour l’occasion à découvrir absolument !

Vernissage dessiné le mercredi 9 mars à 18h30 sur le lieu de l’exposition.

Quelques images exclusives en attendant votre visite…

Ouverture de l’exposition du 2 au 27 mars 2016 :

du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

et les samedis et dimanches de 10h à 12h30 et de 14h à 18h.

Exposition « Les 30 ans du Salon du Livre à Beaugency »

Sur recommandation de la préfecture du Loiret après les tragiques événements de cette nuit, et en soutien aux victimes des attentats, l’exposition « Les 30 ans du salon » est fermée.

 

Merci de votre compréhension.

 

Dans la salle de projets du Théâtre du Puits-Manu à Beaugency. 

 

Samedi 7 et 14 novembre de 9h30 à 13h / 15h à 18h

Samedi 14 novembre de 20h à 20h30

Dimanche 8 et 15 novembre de 10h à 12h30 / 15h à 18h

Entrée libre.

 

Des temps forts sont proposés, rencontres et lectures :

Samedi 7 novembre à 16h :

Rencontre avec Guy Jimenes, auteur.

Dimanche 8 novembre à 16h :

   Venez lire ou écouter un texte qui a compté pour vous !

Samedi 14 novembre, à 16h :

Lecture d’extraits des Prix Beaugency.

Dimanche 15 novembre à 18h :

Lectures accompagnées par Maxime Alary et Pierre Sanpéré.

 

Avec le soutien de la Ville de Beaugency.

Expositions / Salon 2016

 De nombreuses expositions seront installées à partir du 1er mars 2016, dans le cadre du 31è Salon du Livre de Jeunesse de Beaugency !

 

 

1540-1

À l’Église Saint Étienne, Beaugency 

Objets Vraiment Nouveaux Identifiés de Carole Chaix. Une création originale, spécialement pour l’occasion, à découvrir du 2 mars au 27 mars.  Originaux de ses divers albums, reconstitution de son atelier avec ses multiples carnets, mais aussi les livres, les esquisses, les nourritures et différents objets qui l’ont inspirée.

Vernissage dessiné le 9 mars 2016 à 18h30, à l’issue de la journée de formation.


 

tu te crois le lion

À la médiathèque de Saint Laurent Nouan
Voyage dans l’univers onirique de Laëtitia Le Saux du 1er au 19 mars.

Vernissage le Vendredi 4 Mars à 17h !


 

Hyacinthe et Rose copie

À la mairie de Mont-Près-Chambord

Hyacinthe et Rose de Martin Jarrie du 1 au 19 mars.

Rencontre avec le peintre mercredi 16 mars à 19h30.


 

Unknown

À la médiathèque de la CCCB

Les petits mythos de Larbier du 2 au 30 mars 2016.


 

matriochkasite

À la mairie de Baule

Originaux de Solenn Larnicol du 3 au 22 mars 2016.

Rencontre avec l’illustratrice le mercredi 16 mars 2016.


th_7183ec366449e3dcf021c9679416f098_fayad

Au Passage Pellieux, Beaugency

La vie des gens de Martin Jarrie du 7 au 20 mars.
Fonds Patrimonial d’illustrations de la ville de Saint Gratien.

Lectures de l’album par les lecteurs bénévoles de Val de Lire le samedi 12 mars à 12h


 

9782723490610-L

 À la Médiathèque d’Epieds-en-Bauce

Paco Shoot!, originaux d’Achile.


Copie de logo prix Eh ! lire des livres ! OK

Au musée de la Corbillère, Mer

Croq’histoires et galipettes, par l’association Livres Jeunesse en fête, du 12 mars au 3 avril 2016


350x240-images-stories-exobus-expos-expos5

À l’agence Crédit Mutuel, Beaugency 

De l’objet à la marionnette, une histoire de récup’, par la Compagnie Exobus du 1er au 22 mars 2016

Barnhominum : Exposition au Passage Pellieux

Barnhominum, une série de costumes pour phénomènes humains, créés à l’occasion du salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis en 2011.
Ces costumes sont directement inspirés par le Livre Saltimbanques

de Emmanuelle Houdart et Marie Desplechin.
Emmanuelle Houdart dessine une galerie de portraits saisissants et somptueux, de femmes à barbe, hommes-troncs ou encore sœurs siamoises : tous des êtres extraordinaires et fascinants. Et Marie Desplechin livre les destins forcément hors normes de ces étonnants artistes.
D’un récit de vie rocambolesque à l’autre, elles tissent les liens qui unissent ces saltimbanques. Toutes deux racontent ce cirque, avec un humour tendre et une profonde poésie.
Un album époustouflant où l’on voit que, si vivre et créer ne font qu’un, merveilleux et monstrueux ne font qu’un également.

Extrait du site des éditions Thierry Magnier.

Emmanuelle Houdart réalise un livre par an, l’année qui précède Saltimbanques, elle travaille sur Garde Robe, un livre pour adultes, où l’illustratrice met le corps à nu littéralement pour exprimer des vérités cachées. En styliste infernale, elle y crée des toilettes somptueusement cauchemardesques.
Forte de cette expérience, elle veut réutiliser ses acquis, faire plus grand. Elle a l’idée de travailler sur de grands modèles pour changer ses habitudes, et pour montrer ses idées de façon plus visible.
Elle aime les sujets incertains, tel la mort, la maladie, la difformité. Sa création lui permet d’exorciser ses angoisses. Pour créer, Emmanuelle Houdart a besoin d’un projet qui résiste, qui lui semble d’une importance vitale pour elle. Le sujet qui a inspiré Saltimbanques est celui de la tolérance, du regard de l’autre qui rend beau ou monstrueux.
Le livre devait s’appeler « curiosités », l’idée est de faire une galerie de personnages avec un texte sur eux en regard. Emmanuelle Houdart va chercher du côté du cirque traditionnel, celui avec ses foires aux monstres très en vogue au XIXème siècle.
Emmanuelle Houdart crée les dessins, elle fait appel à Marie Desplechin pour écrire la vie de ces personnages.
Barnhominum est une expérience unique pour l’illustratrice, ses dessins sont transposés en 3D et deviennent réels, tangibles.
Les costumes ont été dessinés par Emmanuelle Houdart et réalisés par Angélique Calfati, costumière en partenariat avec les professeurs et étudiants du lycée technique de prêt-à-porter Bartholdi de Saint-Denis (93).
Ils ont été présentés la première fois lors d’un défilé au Salon du Livre et de la presse jeunesse de Saint Denis en 2011.

Dans les coulisses de l’album : 50 ans d’illustration pour la jeunesse et Focus sur Henri Galeron

L’inauguration de l’exposition s’est déroulée mercredi 25 mars à l’église St Étienne à Beaugency, en présence de notre invité d’honneur, Henri Galeron, de Denise Barriolade, présidente du CRILJ, et de Janine Kotwica, commissaire de l’exposition.

Questions à André Delobel, par Roger Wallet.

1. Est-il possible de discerner, dans ces 50 ans, des périodes, des dominantes dans l’esthétique de l’illustration ?

L’histoire de l’illustration des livres pour enfants témoigne d’évolutions lentes plus que de ruptures. C’est peu à peu que l’image s’est affranchie d’une fonction décorative ou documentaire pour se poser d’abord, à partir des années 1930, avec les albums du Père Castor, la question de sa lisibilité, puis, au fil de ces cinquante dernières années, assumer de mieux en mieux une liberté esthétique vis-à-vis du texte qu’elle commente volontiers et élargit souvent. « Est-ce encore pour les enfants ? » disent parfois ceux qui ne font pas confiance aux jeunes lecteurs.

2. Le fait de vous limiter aux illustrateurs français vous a-t-il privés de certaines esthétiques importantes ?

Nous limiter aux illustrateurs français nous privent de noms importants (certains sont dans le catalogue), mais pas vraiment d’esthétiques, du moins si l’on a en tête l’édition europénne et américaine. Aller faire un tour au Japon ou en Inde aurait, par contre, ouvert d’autres perspectives. L’illustration française s’est nourrie des « grands étrangers », Maurice Sendak par exemple, et elle est devenue l’une des plus inventive au monde.

3. Durant ces 50 ans, j’imagine bien que certaines innovations techniques ont induit de nouvelles esthétiques (le numérique par exemple)…

La révolution éditoriale des années 1970 est, pour l’album, au carrefour du mouvement d’idées foissonnant de l’époque et de progrès importants dans le domaine de l’imprimerie.
Elle se développe également en concurrence avec l’image cinématographique et télévisuelle d’une part et publicitaire d’autre part, que les illustrateurs intègrent dans leur travail et contestent à la fois. Il faut citer ici les éditeurs Harlin Quist et François Ruy-Vidal qui donnèrent « pages blanches à couvrir » à nombre d’entre eux. S’agissant du numérique, commençons par dire que l’on n’est qu’au début d’un élargissement incontestable des possibilités de la création . Qui s’ajoutera aux autres et ne se substituera pas. La gomme et le crayon ne sont pas à jeter à la poubelle après-demain. Je distinguerai, pour faire court, deux façons d’utiliser le numérique, une première où il s’agit simplement de profiter des facilités (relatives) qu’offrent les logiciels de traitement d’images ou la palette graphique, sans conséquence apparente sur le résultat, une autre qui laissent sciemment visible l’origine numérique de l’image. Nous n’en sommes pas encore à l’émergence d’une esthétique nouvelle, mais pourquoi pas. Il suffira que des lecteurs suivent comme certains, par exemple, recherchent parce qu’ils l’apprécient une illustration visiblement créée avec un aérographe. Signalons aussi que les progrès du traitement industriel de l’édition ont beaucoup facilité la fabrication des pop ups, des livres-objets ou, simplement, l’insertion d’une feuille en plastique transparent entre deux pages de papier blanc.

4. Vous affirmez, à travers cette exposition, votre volonté de montrer « les coulisses de l’illustration ». Comment cela se traduit-il concrètement ?

Si le travail premier d’un illustrateur est de créer, à la demande d’un éditeur, des images pour un livre, il n’est pas rare qu’Il investisse également les « périphéries » de son art. L’un fera des affiches, l’autre des cartes, un troisième des programmes. Et tous laisseront des traces, au fil de leurs rencontres avec les enfants et les médiateurs : des dédicaces, des invitations, des lettres malicieusement illustrées. Ces témoignages sont, généralement, précieusement gardés par ceux à qui ils sont adressés. Les coulisses, ce sont aussi les « pièces à conviction » du long processus d’élaboration des images et, faute de pouvoir présenter un atelier reconstitué, l’exposition montre quelques émouvants travaux préparatoires.

5. La typographie elle-même a-t-elle connu une évolution au cours de ces 50 ans ?

Réponse tout à fait personnelle. La typographie est un monde en soi et ses richesses sont anciennes. Je pense, pour ce demi-siècle, aux couvertures d’ouvrages signée Pierre Faucheux et André Massin. Les possibilités offertes par l’informatique facilitent aujourd’hui le travail. Mais force est de constater la pauvreté typographique qui domine dans la plupart des ouvrages publiés. Combien d’albums aux images somptueuses sont gâchés par un choix de caractère hasardeux et une mise en page fainéante !

6. Est-il possible de discerner des pistes particulières pour les décennies à venir ?

Les illustrateurs d’aujourd’hui, de plus en plus souvent sortis d’écoles d’art, sont d’une inventivité indéniable. Pas tous ? Non, certes, mais beaucoup. Tout est permis, tout est possible, mais l’édition est une industrie et nous ne vivons pas dans un monde de bisounours. Hypothèse pas trop risquée quand même : aux côtés d’esthétiques éprouvées et répétitives (il en faut), se développeront, dans le sillage de ce qui se publie aujourd’hui, des manières de faire plus stimulantes encore, innovantes et audacieuses, impertinentes parfois.

L’exposition est ouverte tous les jours jusqu’au 16 avril.